Onze malentendus sur le libre accès

Dans son livre Open Access, Peter Suber revient dès l’introduction sur ce que le libre accès n’est pas. Onze malentendus à dissiper et qui reviennent régulièrement lors de conversations portant sur le sujet.

Petit passage en revue librement inspiré du chapitre introductif :

  1. Le libre accès n’est en aucun cas une façon de contourner l’évaluation par les pairs. Au contraire, il permet globalement un renforcement de cette dernière puisqu’un auteur peut diffuser un premier jet d’article avant soumission à une revue. Il bénéficie des critiques de ses collègues avant même un futur retour d’évaluation.
  2. Le libre accès ne vise pas à abolir le droit d’auteur. La décision des modalités de diffusion et de cession des droits reste entièrement entre les mains de l’auteur alors qu’avec des éditeurs conventionnels, la chose est moins certaine.
  3. Le libre accès ne cherche pas à rendre tout gratuit et n’ignore pas la rétribution des auteurs. Ces derniers sont par ailleurs très peu rémunérés par les éditeurs et les modèles économiques soutenant le libre accès prouvent qu’il peut être viable financièrement.
  4. Le libre accès ne dénie pas le coût de publication d’un article. Il ne constitue pas une tentative d’auto-publication mais prend au contraire très au sérieux la question des coûts pour les conduire à un prix réaliste comme cet article sur les revues en SHS le souligne bien.
  5. Le libre accès ne cherche pas à réduire les droits des auteurs sur leur travail. La plupart des mandats institutionnels fonctionnent sur le principe du « nudge » : le libre accès est assorti d’incitations plus d’obligations. De plus, les mandats de dépôt et publication sont bien souvent adoptés à l’unanimité des votes par les enseignants-chercheurs.
  6. Le libre accès ne vise pas à réduire la liberté des universitaires. Ils ont toujours le choix de publier dans les revues qu’ils souhaitent, les mandats autorisent des exceptions et ne limitent jamais leur libre arbitre.
  7. Le libre accès n’encourage pas le plagiat. Rendre un premier jet d’article disponible sur une archive ouverte ne conduira pas automatiquement à son copier-coller. Au contraire, le dépôt permet à l’auteur de prendre date avec un champ de recherche et de permettre la détection automatique du plagiat plus facilement que des articles protégés par une barrière payante.
  8. Le libre accès ne cherche pas la destruction de l’édition conventionnelle payante. Aucune étude n’a prouvé à ce jour que les dépôts en archives ouvertes ou que les revues en libre accès ne conduisent à des désabonnements massifs. Des prix irréalistes et non soutenables de la part des éditeurs conventionnels sont malheureusement plus à même d’entraîner cet effet.
  9. Le libre accès n’est pas une forme de boycott. Il vise avant tout à apporter des réponses pragmatiques aux besoins de diffusion des résultats de la recherche.
  10. Le libre accès n’a pas pour objectif principal de diffuser les résultats de la recherche au grand public. Tant mieux si c’est le cas, toutefois il se destine surtout à ceux qui ont besoin d’accéder à ces travaux. Dans leur écrasante majorité, il s’agit d’autres chercheurs.
  11. Le libre accès ne veut pas dire accès universel. Il reste toujours des barrières, même si elles ne sont plus financières : les filtres imposés et la censure pratiquée par certains gouvernements, la langue d’écriture, l’accessibilité pour les personnes souffrant d’un handicap et les problèmes de connexions (mauvais débit) ou leur absence…

Dune, une archive de travaux étudiants en accès ouvert à Angers

L’université d’Angers a lancé début 2013 DUNE (Dépôt Universitaire Numérique des Etudiants), une plateforme de diffusion des mémoires et travaux étudiants en accès ouvert : nous avons interrogé Stéphanie Bouvier et Daniel Bourrion, bibliothécaires au Service commun de la documentation (SCD), sur la genèse du projet, sur ses aspects techniques et humains, et sur la promotion de l’Open access au sein de la communauté scientifique angevine.

– Qui est à l’initiative du projet au sein de votre établissement : le SCD ? La direction des études ?
Le SCD est à l’initiative et porte le projet.

– Quelles actions de promotion avez-vous mis en place pour Dune au niveau de l’université ?
Avant le projet DUNE, il était question de mettre fin au flux des mémoires papier et d’utiliser DUMAS [la base de travaux étudiants hébergée par le CCSD sur HaL] comme plateforme de dépôt. À cette époque, la chargée de mission, Julie Labbé, avait entrepris d’expliquer cette démarche aux différentes UFR, lors des conseils de gestion. Nous avons pris la décision de monter DUNE au printemps dernier, et, depuis, nous rencontrons les personnels administratifs et techniques des scolarités ainsi que les enseignants pour présenter l’outil et expliquer le workflow. L’été dernier, nous avons également communiqué des documents de présentation aux responsables administratifs pour inclusion dans les dossiers d’accueil des étudiants de master.
flyer DuneTout récemment une campagne de communication a été amorcée, déclinée sur le site de l’Universitéle site de la BU, l’Environnement Numérique de Travail, les écrans de télé situés dans les halls des facultés, ainsi que sur un flyer. Le service communication nous a également proposé de réfléchir au support « tongs »…

 – Plus généralement, comment promouvez-vous les ressources en OA ?
L’année dernière, à l’occasion de l’Open Access week, nous avons réalisé, en collaboration avec le service communication de l’Université, un numéro spécial de l’UA Mag, un hors-série de quatre pages adressé à tous les enseignants chercheurs et doctorants. Et, bien entendu, avec le projet d’archive ouverte institutionnelle pour la production de recherche, et les rencontres avec les laboratoires qui s’en suivent, nous avons ces temps-ci de multiples occasions de parler Open access avec les chercheurs. Ce projet a d’ailleurs permis d’introduire la question de l’Open access (et celle de la crise de l’édition scientifique) dans les conseils scientifique et d’administration de l’Université.

– Avec quel(s) outil(s) logiciel(s) Dune fonctionne-t-il ? Le développement a-t-il été géré en interne ou bien externalisé ? Quelles sont les raisons du choix d’une plateforme locale plutôt qu’un système mutualisé (type DUMAS) ?
DUNE fonctionne avec le CMS Drupal, augmenté de plusieurs modules dont Bibliography, brique centrale de l’archive. Le développement a été  complètement géré en interne, par le SCD (service de la bibliothèque numérique) et la Direction du Développement Numérique (DDN), qui a principalement permis qu’un informaticien travaille sur le formulaire de dépôt (simplification et récupération automatique des données Apogée).
L’intérêt d’une plateforme locale est que nous pouvons mieux gérer la diffusion des documents, et, si nécessaire, les proposer en accès restreint. Certaines UFR étaient demandeuses d’un outil de diffusion des mémoires en intranet depuis plusieurs années. DUMAS ne permettant qu’une diffusion internet, nous n’aurions pas pu répondre à l’ensemble des besoins exprimés, et tôt ou tard nous aurions fini par adopter deux circuits différents, ce qui n’était évidemment pas souhaitable.

–  Combien de ressources humaines ont été nécessaires à la mise en place du service ? Et maintenant que le système est en production ?
Les choses se sont faites très vite, puisque nous avons opté pour une archive locale plutôt que DUMAS en mai dernier, et sommes passés en production au début du mois de novembre 2012. Certaines fonctionnalités ne sont pas encore implémentées, et nous sommes encore en version bêta. Concrètement, à partir du printemps dernier, les personnes ayant travaillé sur DUNE sont :
* côté technique : au SCD, nous deux (pour l’ensemble du déploiement technique) + Céline Chauveau (responsable du catalogue) pour l’interfaçage avec Aleph ; à la DDN, principalement Baptiste Judic, développeur.
* côté fonctionnel : Stéphanie Bouvier coordonne le travail, cette tâche devant être progressivement reprise par Nolwenn Gouret ; les personnes qui cataloguaient les mémoires et thèses d’exercice papier vont désormais travailler sur DUNE.
A cela il faut ajouter les présentations aux facultés, auxquelles ont contribué plusieurs personnes de l’équipe de direction.

– Quelles sont les conditions d’utilisation des documents déposés dans Dune ? Avez-vous eu l’opportunité de sensibiliser les étudiants à l’OA et aux licences type Creative Commons ?
Dans les feuilles de style réalisées pour faciliter le travail de rédaction des étudiants, nous avons inclus par défaut une licence Creative Commons (BY-NC-ND 2.0), et nous expliquons aux étudiants son utilité, lors de formations dans les cursus et dans l’un des screencasts réalisés par le SCD. Les étudiants sont bien entendu libres de modifier cette licence ou de l’enlever.

 – Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées dans le projet ?
La plus importante difficulté est la multitude d’interlocuteurs, certains étant plus réactifs que d’autres : dans ce projet nous devons travailler avec toutes les composantes, et dans chaque faculté, instaurer un dialogue avec les responsables administratifs, les scolarités, les responsables de diplômes… Le travail n’est d’ailleurs pas terminé, il faudra probablement deux années pour que le circuit soit en place sur toute l’université. Nous travaillons aussi avec les services centraux, communication et DDN.

– Quels sont les arguments qui vous ont permis de convaincre ?
Pour ce qui est de la mise en ligne, les arguments sont ceux de la valorisation, de la lutte anti-plagiat, de la facilité d’accès, de l’amélioration de la qualité des travaux étudiants, etc.

– Quelles sont les évolutions prévues ?
Ce sont surtout des évolutions de back office (stockage des fichiers, notamment).

–  L’université a annoncé la mise en place d’une archive ouverte institutionnelle avec obligation de dépôt : pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’organisation de la gouvernance de ce nouveau projet ?
Le projet d’archive recherche est également porté par le SCD, le chef de projet devant rendre compte au comité de direction de l’Université. L’équipe projet comprendra le développeur, nous-mêmes et un bibliothécaire contractuel les premiers mois, pour aider les laboratoires sur la reprise du rétrospectif. Une personne de la direction de la recherche sera également associée.
Le travail avec la DDN commencera début juin. Dans un premier temps nous allons intégrer les huit laboratoires pilotes. Nous visons un passage en production au premier semestre 2014 (la difficulté principale étant pour nous le développement d’un connecteur HAL). Puis l’ensemble des laboratoires sera formé au dépôt, jusque début 2015.
Là aussi le travail va associer de nombreux acteurs de tous les services et composantes de l’Université, des chercheurs, bien entendu, à la direction recherche et à la DDN ; nous commençons à communiquer sur le blog de suivi du projet.

Le site des BU de l’université d’Angers : http://bu.univ-angers.fr/
Le site de DUNE : http://dune.univ-angers.fr/