Le monde des mathématiques et l’accès ouvert

Diamond age par jurvetson (CC-BY)
Diamond age par jurvetson (CC-BY)

Tandis que les sociétés savantes de mathématiques françaises alertent, à raison, sur « les effets pervers du système auteur-payeur » un journal de mathématique australien passe au diamond open access :
« From 2014 on, The Australasian Journal of Combinatorics publication will be electronic only, with free online access available at once to all, and with no costs involved for either authors or readers. »

Il rejoint la liste des revues anciennement sur abonnement converties à l’open access que l’on trouve sur l’Open Access Directory, et celle des 243 revues de mathématiques du DOAJ.

La communauté des mathématiques est décidément bien motivée pour l’accès ouvert : après la pétition anti-Elsevier The cost of knowledge, lancée par des mathématiciens en 2012, c’est le projet Episciences-maths qui devrait faire l’actualité en 2013. Ce projet s’appuie sur ce que l’on appelle les épi-journaux : il s’agit de revues créées à partir d’articles déposés dans des archives ouvertes, comme ArXiv ou HaL.