La bibliothèque éditrice : University College London

En France, le logiciel LODEL, conçu et maintenu par le Cléo, est le principal outil pour la réalisation de revues électroniques en libre accès. Dans le monde anglo-saxon, il faut compter avec Open Journal Systems (OJS). OJS a été développé par le Public Knowledge Project et se veut très complet : de la soumission à l’indexation en passant bien sûr par la lecture en ligne des articles. Cet outil a ainsi été adopté par des bibliothèques souhaitant se lancer dans l’édition scientifique comme celle de l’University College London (UCL), l’une des toutes premières du Royaume-Uni.1

Le projet Epicure

La momie de Jeremy Bentham
Jeremy Bentham (UCL)

A l’origine de ce soutien de la bibliothèque à l’édition numérique, l’on retrouve une collaboration de six mois entre cette dernière et le UCL Bentham Project. Pour rappel, l’UCL a été fondée au début du XIXe siècle par des disciples du père de l’utilitarisme, Jeremy Bentham. En plus de sa momie, le philosophe a légué sa bibliothèque personnelle et ses archives. Ses manuscrits sont ainsi en cours d’édition, grâce à un programme participatif ambitieux : Transcribe Bentham. En parallèle, une revue est éditée par l’université : le Journal of Bentham Studies.  Créée en 1997, la revue en est aujourd’hui à son quatorzième volume et fonctionne sous OJS.

A l’UCL, OJS prend appui sur l’archive institutionnelle, elle aussi gérée par la bibliothèque : UCL Discovery. Les fichiers PDF des articles sont en effet hébergés sur l’archive. Cette première collaboration doit permettre de mettre en place certaines normes en particulier concernant le XML , mais aussi de roder l’infrastructure dans la perspective d’accueillir d’autres revues à plus ou moins long terme. Enfin, les articles bénéficient de la visibilité d’UCL Discovery (plus de deux millions de téléchargements).

Depuis 2011, une nouvelle revue a été ajoutée, utilisant aussi OJS : Slovo. Slovo est gérée par les étudiants en master et en doctorat de la UCL School of Slavonic and East European Studies. Encore une fois, il s’agit d’une publication relativement ancienne (le premier numéro datant de 1988), qui a réussi sa transition vers l’électronique et le libre accès.

L’implication de la bibliothèque

Le service est gratuit pour les comités de rédaction, qui doivent comprendre au moins un membre de l’UCL. Il est financé par la bibliothèque. Cette dernière exige en retour le choix du libre accès. Les prestations accompagnant la mise en place d’une revue sont larges, elles comprennent entre autres : la configuration d’OJS, le chargement des articles sur Discovery, des conseils relatifs au droit d’auteur, l’encodage XML, l’indexation dans Web of Science et Scopus, ainsi que de l’aide pour l’attribution d’un ISSN. La bibliothèque réalise des sauvegardes quotidiennes, la mise à jour du logiciel et la conservation sur le long terme des contenus.

D’autres services sont en cours de développement, ayant trait à une meilleure interconnexion entre OJS et Discovery.

Le comité de rédaction est ensuite libre de définir le style qui lui convient et s’occupe de tous les aspects de validation scientifique. Il doit désigner un de ses membres comme contact privilégié pour la bibliothèque.

Un e-publishing manager sera bientôt engagé par la bibliothèque et devrait conduire à une augmentation du nombre de revues mises en place par la bibliothèque.

  1. Je tiens à remercier Martin Moyle (UCL Library Services) pour les informations transmises. []

Financement de l’accès ouvert : de nouveaux « fonds » pour les bibliothèques

Why not by Pete Reed (CC-BY-NC)
Why not by Pete Reed (CC-BY-NC)

Le modèle « Gold » de publication des résultats de recherche en accès ouvert, peut être financé de 2 manières :
– par le subventionnement d’une infrastructure de publication, qui prend en charge le coût global d’édition d’une ou plusieurs revues
– par le paiement de frais de publication (Article Processing Charges, APC) par article pour les chercheurs
Depuis quelques années, les universités ont donc commencé à mettre en place des fonds spécifiques pour le financement de l’accès ouvert par la voie Gold : une page de l’Open Access Directory est consacrée à ces fonds (OA journals funds). Une rapide analyse des 55 établissements listés sur la page nous donne quelques indications intéressantes :
– dans 81% des cas, c’est la bibliothèque qui est en charge de la gestion de ces fonds – ou y est fortement associée.
– plus des 2/3 des fonds excluent formellement le financement d’articles publiés dans des revues hybrides (ces revues sur abonnement qui proposent la libération d’articles individuels). Lorsque les revues hybrides sont acceptées, elles sont généralement soumises à condition (le financement est plafonné à la moitié du financement accordé aux articles publiés dans des revues en accès ouvert intégral, par exemple).
– en dehors de quelques établissements précurseurs, la plupart des fonds ont été mis en place à partir de 2008-2009, et le mouvement s’accélère depuis 2011.
– 24% des fonds sont affiliés ou conformes à Compact for Open Access Publishing Equity (COPE), une convention par laquelle les établissements signataires s’engagent à soutenir le financement de la publication en accès ouvert des contributions de leurs chercheurs. Ce soutien se matérialise par la mise en place de dispositifs pérennes pour le paiement  de frais de publication « raisonnables » auprès des revues qui en exigent.
– Plus de la moitié des fonds listés sont des initiatives d’Amérique de Nord (USA et Canada). Parmi les initiatives européennes, c’est en Allemagne que la pratique est la plus développée.
– Dans presque 90% des cas, une archive institutionnelle ouverte est disponible dans les établissements. Et dans plusieurs cas, l’obtention du financement est assortie d’une obligation de dépôt des articles dans l’archive.
– Pour 60% des établissements étudiés, on a des indications sur le montant financé par article : il s’établit à 2134 euros en moyenne, avec des limitations par personne ou par projet.
Les récentes prises de position des gouvernements anglais et américain encouragent la création de ces fonds de financement, qui devraient logiquement se multiplier dans les années qui viennent : une nouvelle compétence pour les bibliothèques ?