Le DOAJ à St Etienne

Aujourd’hui, peu d’organismes français soutiennent financièrement le Directory of Open Access Journal (DOAJ) : seulement 3 organismes sont mentionnés dans la liste des bibliothèques membres ! Parmi ceux-ci, l’université Jean Monnet de Saint-Etienne fait figure de pionnière, puisqu’elle est adhérente depuis 2010. Dominique Rouger et Caroline Bruley, bibliothécaires du SCD, ont bien voulu répondre à nos questions à propos de ce soutien :

– Vous participez financièrement depuis plusieurs années au fonctionnement du DOAJ, qu’est-ce qui a motivé cet engagement au départ ?
L’adhésion au DOAJ est une réelle volonté politique de la part de la direction du SCD, qui souhaite que l’OA fasse partie du paysage documentaire de notre université. Cette adhésion est un moyen de montrer aux chercheurs avec lesquels nous évoquons l’accès ouvert que oui, la BU prend matériellement partie en faveur de l’OA. C’est aussi une façon de rendre justice au travail du DOAJ : quelques centaines d’euros pour une base de plusieurs milliers de titres en accès ouvert, ce n’est pas très cher payé :  il y a du travail, beaucoup de travail, derrière le maintien d’une telle base de connaissances.

Accès aux services depuis les notices des revues
Accès aux services depuis les notices des revues

– Qui porte cette initiative au sein de votre université : le SCD ? la direction de la recherche ?
C’est le SCD uniquement.

– Quel(s) avantage(s) retirez-vous de ce partenariat ?
Pas d’autre avantage que celui d’être cohérents avec les principes que nous défendons.

– Le DOAJ est-il un outil pour vous ? Comment l’utilisez-vous ?
Le DOAJ est une précieuse source d’information. Nous l’utilisons pour alimenter notre propre base de revues en ligne.

– Quelles actions de promotion avez-vous mises en place pour le DOAJ ? Pour les ressources en OA en général ?
Le DOAJ, ainsi que d’autres sources de revues en OA, sont intégrés dans notre base de revues numériques. Nous référençons désormais plus de titres en OA (9200) que de titres payants (6800) !

Encarts d'actualités disponible dès la page d'accueil des revues
Encarts d’actualités disponible dès la page d’accueil des revues

Sinon, pour toutes les revues, nous proposons un lien vers Sherpa/Romeo pour les politiques d’accès des éditeurs, ainsi que vers d’autres services : Eigen factor, SNIP et Scimago pour les indicateurs bibliométriques, JournalTOCs pour les sommaires au format RSS. Nous affichons également des actualités sur la page d’accueil dédiée aux revues numériques, qui ne traitent pas que de l’open access, mais dont nous espérons qu’elles contribuent à diffuser l’information.

– Le soutien au DOAJ a-t-il été pour vous un moyen de sensibiliser les chercheurs de l’université aux enjeux de l’OA ?
Oui, puisque nous faisons en sorte qu’en cherchant des revues dans notre base ils puissent aussi voir des revues en libre accès.
De la même façon que nous leur « offrons » le lien vers Sherpa pour les autres revues ! : -)
Nous essayons de faire avancer la réflexion lors de discussions informelles avec des chercheurs qui, bien qu’elles buttent toujours sur les mêmes problèmes, à savoir le manque de
reconnaissance des revues dans le domaine disciplinaire, et les coûts (sic!), arrivent parfois à faire leur chemin. De fait, on commence à en parler lors des conseils de la documentation, ça interpelle petit à petit les enseignants-chercheurs.

– Vos chercheurs ont-ils modifié leur comportement vis-à-vis de la publication scientifique, publient-ils plus dans des revues en accès ouvert ?
Nous ne pensons pas que l’on puisse dire qu’il y a eu conversion en masse, loin s’en faut. On ne peut parler que de sensibilisation, de préparation du terrain … pour une échéance indéterminée !
Et restons très modestes : sensibilisation de quelques uns seulement ! Certains ont peut-être pu être sensibilisés, voire plus, sans que nous soyons au courant … on peut en tout cas l’espérer !
Il n’y a pas eu de campagne institutionnelle du SCD au niveau de l’université. Il n’y a pas de recensement d’avant et d’après. Ce ne sont que des impressions personnelles.

– A votre connaissance, des revues de votre université sont-elles passées à l’OA ?
A notre connaissance il n’y a pas de revue publiée par notre université. Les publications de l’université de Saint Etienne ne traitent que des monographies, essentiellement en SHS.

– Quelles autres projets avez-vous en matière d’accès ouvert à St Etienne ?
Nous avons adhéré à SPARC Europe, mais le maintien de l’adhésion est plus incertain que celle du DOAJ, pour cause de finances en berne.

Pour mémoire, le DOAJ aujourd’hui, c’est un accès à plus de 9000 revues provenant de 119 pays et une possibilité de recherche au niveau de l’article pour plus de la moitié de ces revues…
Une adhésion au DOAJ pour une bibliothèque universitaire en 2013, c’est 400 euros – alors, pourquoi s’en passer ?

La bibliothèque éditrice : University College London

En France, le logiciel LODEL, conçu et maintenu par le Cléo, est le principal outil pour la réalisation de revues électroniques en libre accès. Dans le monde anglo-saxon, il faut compter avec Open Journal Systems (OJS). OJS a été développé par le Public Knowledge Project et se veut très complet : de la soumission à l’indexation en passant bien sûr par la lecture en ligne des articles. Cet outil a ainsi été adopté par des bibliothèques souhaitant se lancer dans l’édition scientifique comme celle de l’University College London (UCL), l’une des toutes premières du Royaume-Uni.1

Le projet Epicure

La momie de Jeremy Bentham
Jeremy Bentham (UCL)

A l’origine de ce soutien de la bibliothèque à l’édition numérique, l’on retrouve une collaboration de six mois entre cette dernière et le UCL Bentham Project. Pour rappel, l’UCL a été fondée au début du XIXe siècle par des disciples du père de l’utilitarisme, Jeremy Bentham. En plus de sa momie, le philosophe a légué sa bibliothèque personnelle et ses archives. Ses manuscrits sont ainsi en cours d’édition, grâce à un programme participatif ambitieux : Transcribe Bentham. En parallèle, une revue est éditée par l’université : le Journal of Bentham Studies.  Créée en 1997, la revue en est aujourd’hui à son quatorzième volume et fonctionne sous OJS.

A l’UCL, OJS prend appui sur l’archive institutionnelle, elle aussi gérée par la bibliothèque : UCL Discovery. Les fichiers PDF des articles sont en effet hébergés sur l’archive. Cette première collaboration doit permettre de mettre en place certaines normes en particulier concernant le XML , mais aussi de roder l’infrastructure dans la perspective d’accueillir d’autres revues à plus ou moins long terme. Enfin, les articles bénéficient de la visibilité d’UCL Discovery (plus de deux millions de téléchargements).

Depuis 2011, une nouvelle revue a été ajoutée, utilisant aussi OJS : Slovo. Slovo est gérée par les étudiants en master et en doctorat de la UCL School of Slavonic and East European Studies. Encore une fois, il s’agit d’une publication relativement ancienne (le premier numéro datant de 1988), qui a réussi sa transition vers l’électronique et le libre accès.

L’implication de la bibliothèque

Le service est gratuit pour les comités de rédaction, qui doivent comprendre au moins un membre de l’UCL. Il est financé par la bibliothèque. Cette dernière exige en retour le choix du libre accès. Les prestations accompagnant la mise en place d’une revue sont larges, elles comprennent entre autres : la configuration d’OJS, le chargement des articles sur Discovery, des conseils relatifs au droit d’auteur, l’encodage XML, l’indexation dans Web of Science et Scopus, ainsi que de l’aide pour l’attribution d’un ISSN. La bibliothèque réalise des sauvegardes quotidiennes, la mise à jour du logiciel et la conservation sur le long terme des contenus.

D’autres services sont en cours de développement, ayant trait à une meilleure interconnexion entre OJS et Discovery.

Le comité de rédaction est ensuite libre de définir le style qui lui convient et s’occupe de tous les aspects de validation scientifique. Il doit désigner un de ses membres comme contact privilégié pour la bibliothèque.

Un e-publishing manager sera bientôt engagé par la bibliothèque et devrait conduire à une augmentation du nombre de revues mises en place par la bibliothèque.

  1. Je tiens à remercier Martin Moyle (UCL Library Services) pour les informations transmises. []