Dune, une archive de travaux étudiants en accès ouvert à Angers

L’université d’Angers a lancé début 2013 DUNE (Dépôt Universitaire Numérique des Etudiants), une plateforme de diffusion des mémoires et travaux étudiants en accès ouvert : nous avons interrogé Stéphanie Bouvier et Daniel Bourrion, bibliothécaires au Service commun de la documentation (SCD), sur la genèse du projet, sur ses aspects techniques et humains, et sur la promotion de l’Open access au sein de la communauté scientifique angevine.

– Qui est à l’initiative du projet au sein de votre établissement : le SCD ? La direction des études ?
Le SCD est à l’initiative et porte le projet.

– Quelles actions de promotion avez-vous mis en place pour Dune au niveau de l’université ?
Avant le projet DUNE, il était question de mettre fin au flux des mémoires papier et d’utiliser DUMAS [la base de travaux étudiants hébergée par le CCSD sur HaL] comme plateforme de dépôt. À cette époque, la chargée de mission, Julie Labbé, avait entrepris d’expliquer cette démarche aux différentes UFR, lors des conseils de gestion. Nous avons pris la décision de monter DUNE au printemps dernier, et, depuis, nous rencontrons les personnels administratifs et techniques des scolarités ainsi que les enseignants pour présenter l’outil et expliquer le workflow. L’été dernier, nous avons également communiqué des documents de présentation aux responsables administratifs pour inclusion dans les dossiers d’accueil des étudiants de master.
flyer DuneTout récemment une campagne de communication a été amorcée, déclinée sur le site de l’Universitéle site de la BU, l’Environnement Numérique de Travail, les écrans de télé situés dans les halls des facultés, ainsi que sur un flyer. Le service communication nous a également proposé de réfléchir au support « tongs »…

 – Plus généralement, comment promouvez-vous les ressources en OA ?
L’année dernière, à l’occasion de l’Open Access week, nous avons réalisé, en collaboration avec le service communication de l’Université, un numéro spécial de l’UA Mag, un hors-série de quatre pages adressé à tous les enseignants chercheurs et doctorants. Et, bien entendu, avec le projet d’archive ouverte institutionnelle pour la production de recherche, et les rencontres avec les laboratoires qui s’en suivent, nous avons ces temps-ci de multiples occasions de parler Open access avec les chercheurs. Ce projet a d’ailleurs permis d’introduire la question de l’Open access (et celle de la crise de l’édition scientifique) dans les conseils scientifique et d’administration de l’Université.

– Avec quel(s) outil(s) logiciel(s) Dune fonctionne-t-il ? Le développement a-t-il été géré en interne ou bien externalisé ? Quelles sont les raisons du choix d’une plateforme locale plutôt qu’un système mutualisé (type DUMAS) ?
DUNE fonctionne avec le CMS Drupal, augmenté de plusieurs modules dont Bibliography, brique centrale de l’archive. Le développement a été  complètement géré en interne, par le SCD (service de la bibliothèque numérique) et la Direction du Développement Numérique (DDN), qui a principalement permis qu’un informaticien travaille sur le formulaire de dépôt (simplification et récupération automatique des données Apogée).
L’intérêt d’une plateforme locale est que nous pouvons mieux gérer la diffusion des documents, et, si nécessaire, les proposer en accès restreint. Certaines UFR étaient demandeuses d’un outil de diffusion des mémoires en intranet depuis plusieurs années. DUMAS ne permettant qu’une diffusion internet, nous n’aurions pas pu répondre à l’ensemble des besoins exprimés, et tôt ou tard nous aurions fini par adopter deux circuits différents, ce qui n’était évidemment pas souhaitable.

–  Combien de ressources humaines ont été nécessaires à la mise en place du service ? Et maintenant que le système est en production ?
Les choses se sont faites très vite, puisque nous avons opté pour une archive locale plutôt que DUMAS en mai dernier, et sommes passés en production au début du mois de novembre 2012. Certaines fonctionnalités ne sont pas encore implémentées, et nous sommes encore en version bêta. Concrètement, à partir du printemps dernier, les personnes ayant travaillé sur DUNE sont :
* côté technique : au SCD, nous deux (pour l’ensemble du déploiement technique) + Céline Chauveau (responsable du catalogue) pour l’interfaçage avec Aleph ; à la DDN, principalement Baptiste Judic, développeur.
* côté fonctionnel : Stéphanie Bouvier coordonne le travail, cette tâche devant être progressivement reprise par Nolwenn Gouret ; les personnes qui cataloguaient les mémoires et thèses d’exercice papier vont désormais travailler sur DUNE.
A cela il faut ajouter les présentations aux facultés, auxquelles ont contribué plusieurs personnes de l’équipe de direction.

– Quelles sont les conditions d’utilisation des documents déposés dans Dune ? Avez-vous eu l’opportunité de sensibiliser les étudiants à l’OA et aux licences type Creative Commons ?
Dans les feuilles de style réalisées pour faciliter le travail de rédaction des étudiants, nous avons inclus par défaut une licence Creative Commons (BY-NC-ND 2.0), et nous expliquons aux étudiants son utilité, lors de formations dans les cursus et dans l’un des screencasts réalisés par le SCD. Les étudiants sont bien entendu libres de modifier cette licence ou de l’enlever.

 – Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées dans le projet ?
La plus importante difficulté est la multitude d’interlocuteurs, certains étant plus réactifs que d’autres : dans ce projet nous devons travailler avec toutes les composantes, et dans chaque faculté, instaurer un dialogue avec les responsables administratifs, les scolarités, les responsables de diplômes… Le travail n’est d’ailleurs pas terminé, il faudra probablement deux années pour que le circuit soit en place sur toute l’université. Nous travaillons aussi avec les services centraux, communication et DDN.

– Quels sont les arguments qui vous ont permis de convaincre ?
Pour ce qui est de la mise en ligne, les arguments sont ceux de la valorisation, de la lutte anti-plagiat, de la facilité d’accès, de l’amélioration de la qualité des travaux étudiants, etc.

– Quelles sont les évolutions prévues ?
Ce sont surtout des évolutions de back office (stockage des fichiers, notamment).

–  L’université a annoncé la mise en place d’une archive ouverte institutionnelle avec obligation de dépôt : pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’organisation de la gouvernance de ce nouveau projet ?
Le projet d’archive recherche est également porté par le SCD, le chef de projet devant rendre compte au comité de direction de l’Université. L’équipe projet comprendra le développeur, nous-mêmes et un bibliothécaire contractuel les premiers mois, pour aider les laboratoires sur la reprise du rétrospectif. Une personne de la direction de la recherche sera également associée.
Le travail avec la DDN commencera début juin. Dans un premier temps nous allons intégrer les huit laboratoires pilotes. Nous visons un passage en production au premier semestre 2014 (la difficulté principale étant pour nous le développement d’un connecteur HAL). Puis l’ensemble des laboratoires sera formé au dépôt, jusque début 2015.
Là aussi le travail va associer de nombreux acteurs de tous les services et composantes de l’Université, des chercheurs, bien entendu, à la direction recherche et à la DDN ; nous commençons à communiquer sur le blog de suivi du projet.

Le site des BU de l’université d’Angers : http://bu.univ-angers.fr/
Le site de DUNE : http://dune.univ-angers.fr/

Des ressources pour suivre l’actualité de l’open access

Que ce soit pour faire sa propre veille professionnelle ou pour informer les utilisateurs de la bibliothèque, il existe de nombreuses sources d’information dédiées à l’accès ouvert disponible sur le web. Voici une petite sélection de sources incontournables, en français dans la mesure du possible :

"Chinatown, London, England, United Kingdom" par uggboy (CC-BY)
« Chinatown, London, England, United Kingdom » par uggboy (CC-BY)
  • L’indispensable : Peter Suber

Pionnier de l’open access, ce professeur de philosophie, désormais directeur du Harvard Open Access Project, a beaucoup contribué à la diffusion de l’OA dans le monde. On peut consulter en ligne ses nombreux écrits sur le sujet, et suivre sa veille sur google+. Deux textes fondamentaux pour démarrer : Open Access Overview (et sa version française) et A very brief introduction to Open Access (et sa version française)

  • Les listes de diffusion :

Accès Ouvert : La liste francophone d’échanges sur l’Open Access.
Global Open Access List : Une liste dédiée aux questions aussi bien pratiques que politiques posées par l’Open Access, à destination de tous les acteurs de la communauté scientifique.
BOAI forum : Une liste destinée à la promotion de l’initiative de Budapest au départ, devenue un lieu d’échanges sur tous les aspects de l’Open Access.

  • Les sites :

Libre accès à l’information scientifique : Le portail de l’UNESCO consacré à l’accès ouvert.
Open Access Directory : Ce wiki est une mine d’informations sur toutes les facettes de l’open access.
Open Access Tracking Project : Il s’agit d’un agrégateur spécialisé sur l’OA, alimenté collaborativement. Il s’appuie sur l’outil tagteam développé par l’université de Harvard.
Scholarly Electronic Publishing Weblog : Une bibliographie spécialisée actualisée mensuellement.

  • Les blogs :

Libre accès à l’information scientifique et technique : L’un des blogs pionniers sur l’Open Access en France, alimenté par l’INIST.
Le carnet de BSN7 : Ce blog de veille et de  réflexion sur l’édition et la publication numériques aborde aussi les problématiques d’accès ouvert.
Archives ouvertes : Un espace collaboratif autour du libre accès et des archives ouvertes, par les universités et organismes de recherche de Toulouse.
URFIST Info : Le blog du réseau des URFIST publie régulièrement des billets traitant d’open access.
Open Science : Ce blog s’intéresse à l’Open Access, mais aussi à l’Open Data et à l’Open Science.

Et vous, quelles sont vos ressources de référence concernant l’Open Access ?

Financement de l’accès ouvert : de nouveaux « fonds » pour les bibliothèques

Why not by Pete Reed (CC-BY-NC)
Why not by Pete Reed (CC-BY-NC)

Le modèle « Gold » de publication des résultats de recherche en accès ouvert, peut être financé de 2 manières :
– par le subventionnement d’une infrastructure de publication, qui prend en charge le coût global d’édition d’une ou plusieurs revues
– par le paiement de frais de publication (Article Processing Charges, APC) par article pour les chercheurs
Depuis quelques années, les universités ont donc commencé à mettre en place des fonds spécifiques pour le financement de l’accès ouvert par la voie Gold : une page de l’Open Access Directory est consacrée à ces fonds (OA journals funds). Une rapide analyse des 55 établissements listés sur la page nous donne quelques indications intéressantes :
– dans 81% des cas, c’est la bibliothèque qui est en charge de la gestion de ces fonds – ou y est fortement associée.
– plus des 2/3 des fonds excluent formellement le financement d’articles publiés dans des revues hybrides (ces revues sur abonnement qui proposent la libération d’articles individuels). Lorsque les revues hybrides sont acceptées, elles sont généralement soumises à condition (le financement est plafonné à la moitié du financement accordé aux articles publiés dans des revues en accès ouvert intégral, par exemple).
– en dehors de quelques établissements précurseurs, la plupart des fonds ont été mis en place à partir de 2008-2009, et le mouvement s’accélère depuis 2011.
– 24% des fonds sont affiliés ou conformes à Compact for Open Access Publishing Equity (COPE), une convention par laquelle les établissements signataires s’engagent à soutenir le financement de la publication en accès ouvert des contributions de leurs chercheurs. Ce soutien se matérialise par la mise en place de dispositifs pérennes pour le paiement  de frais de publication « raisonnables » auprès des revues qui en exigent.
– Plus de la moitié des fonds listés sont des initiatives d’Amérique de Nord (USA et Canada). Parmi les initiatives européennes, c’est en Allemagne que la pratique est la plus développée.
– Dans presque 90% des cas, une archive institutionnelle ouverte est disponible dans les établissements. Et dans plusieurs cas, l’obtention du financement est assortie d’une obligation de dépôt des articles dans l’archive.
– Pour 60% des établissements étudiés, on a des indications sur le montant financé par article : il s’établit à 2134 euros en moyenne, avec des limitations par personne ou par projet.
Les récentes prises de position des gouvernements anglais et américain encouragent la création de ces fonds de financement, qui devraient logiquement se multiplier dans les années qui viennent : une nouvelle compétence pour les bibliothèques ?