La voie diamantée du libre accès

Dernièrement, un article a fait débat sur la liste [accesouvert]. En anglais et relativement long, « The Diamond Model of Open Access Publishing »1 mérite pourtant d’être lu. Ecrit par Christian Fuchs et Marisol Sandoval, universitaires à l’Université de Westminster et de City à Londres, il revient sur ce que ses auteurs appellent le « modèle de diamant » de la publication en libre accès, parfois évoqué en France sous le nom de platine.

Dans cet article, Fuchs et Sandoval s’efforcent de dépasser les termes actuels du débat, en particulier celui de voie dorée, qu’ils estiment trop ambiguës.

Leur introduction se concentre sur des faits connus mais qui méritent toujours un rappel : la situation financière de l’édition scientifique privée, avec ses taux de profit largement supérieurs (la moyenne se situe à 18,9% en 2012) à ceux des sociétés pourtant lucratives comme le géant Exxon Mobil (10,7%), la multinationale la plus bénéficiaire au monde, ou celle générant le plus gros chiffre d’affaire, la chaîne de grande distribution américaine Wal-Mart (3,6%)…

Pour Fuchs et Sandoval, les prix pratiqués par les éditeurs s’expliquent par la non-substituabilité des articles : un chercheur ne peut pas se contenter des meilleurs articles dans son champ, il doit pouvoir avoir accès à ceux qui sont relativement de moindre qualité mais qui concernent directement son sujet de  recherche.

Les ambigüités de la voie dorée

Partant de ce constat, ils se penchent sur la voie dorée. Reprenant une définition du DOAJ, ils considèrent qu’une revue qui propose une publication en libre accès optionnellement, et non systématiquement, n’est pas dans la voie dorée.

Démonstration statistique à l’appui, ils remarquent que les « vraies » revues en libre accès sont marginalisées dans les classements de type Web of Science (WoS), qui mesurent l’impact d’une revue. Celles-ci sont donc défavorisés puisque l’on ne prête qu’aux riches, dans le sens où un chercheur voulant publier visera avant tout des revues à fort facteur d’impact, présentes dans le WoS ou chez son concurrent, Scopus. Pour contrebalancer cet effet de cumul, les auteurs avancent la piste d’une évaluation des chercheurs fondée sur des listes établies par le DOAJ et qui pourrait être le pendant d’initiatives comme celle de l’Université de Liège. En effet, cette université belge prend uniquement en compte que les publications déposées ou signalées sur son archive ouverte pour l’évaluation de ses enseignants-chercheurs.

Plusieurs institutions ou instances officielles ont de leur côté mis en avant la voie dorée dans leurs préconisations relatives au libre accès. En Grande-Bretagne, le Rapport Finch (2012), c’est une seule lecture de la voie dorée qui prévaut : celle de l’auteur-payeur s’appuyant sur la gestion des article-processing or publishing charges (APC). Du côté de l’Union Européenne, Horizon 2020 favorise peu la voie dorée, les projets financés devant déposer leurs publications sur des archives ouvertes. Pour les rédacteurs de ce rapport et de ce programme, les coûts de publication doivent passer du lecteur à l’auteur… Les éditeurs se réjouissent de l’adoption d’une telle définition et soutiennent en conséquence le libre accès, tant qu’il reste bien sûr synonyme de perpétuation de la manne financière dont ils continuent de bénéficier.

Dans les faits, seulement un tiers des revues recensées au DOAJ ont adopté le modèle auteur-payeur et cette proportion diminue considérablement dans certaines disciplines comme en sciences humaines et sociales. Pour les auteurs de l’article, l’intense travail de lobbying de la part des éditeurs expliquerait largement la surévaluation du modèle dans les représentations des décideurs politiques…

Ils considèrent de même la définition de la voie dorée donnée par Peter Suber comme trop large. Cette dernière comprend aussi bien des revues d’éditeurs prédateurs que celles produites par des communautés de chercheurs bénévoles. En conséquence, l’on finit trop souvent par réduire la voie dorée au modèle auteur-payeur et encore plus aux éditeurs prédateurs.2 Celle-ci contribue également à la remise en cause de l’évaluation par les pairs en favorisant les institutions ayant les moyens de payer pour leurs chercheurs au détriment des plus pauvres, dont la recherche n’en est pourtant pas moins intéressante.

L’une des originalités de l’article repose dans la prise en compte des avis émis par les syndicats des employés de l’édition. Ils dénoncent, quant à eux, le monopole de certains éditeurs qui conduirait à de mauvaises conditions de travail, notamment salariales. Toutefois, ils ne considèrent pas le libre accès comme la meilleure solution s’il se traduit par un travail éditorial dégradé et confié à des universitaires bénévoles, des doctorants ou du personnel administratif non qualifié pour ce type de tâches…

Le monde de l’édition scientifique se retrouve alors confronté au dilemme suivant : œuvrer à l’amélioration des conditions salariales des éditeurs (au sens anglo-saxon du terme) en restant dans le secteur privé ; ou publier sans considérations financières et avec peu de moyens en interne dans le public.

Pour les auteurs, une alternative existe : publier de façon durable en faisant employer des éditeurs par les institutions publiques, ce qui va pour l’instant à l’encontre des positions des syndicats d’éditeurs, penchant in fine pour un modèle auteur-payeur selon Fuchs et Sandoval.

La voie diamantée ?

C’est à ce niveau de la réflexion qu’intervient le concept de voie diamantée permettant de distinguer un modèle respectueux à la fois des lecteurs, des auteurs et des salariés d’une voie dorée devenue ambigüe et désormais source de confusions pour les décideurs : « In the Diamond Open Access Model, not-for-profit, non-commercial organizations, associations or networks publish material that is made available online in digital format, is free of charge for readers and authors and does not allow commercial and for-profit re-use. »

Ce nouveau modèle est porteur de plusieurs préconisations : les bibliothèques ne doivent pas payer pour ce dernier ; les licences creative commons, sans utilisation commerciale possible mais pour une large diffusion, sont généralisées.

Loin d’être une énième création conceptuelle ils soulignent que le « Diamond Open Access is not just an idea, but rather, as the empirical data provided in this paper shows, the dominant reality of open access. This reality is however not enough acknowledged and taken into account in the open access journal debate. » Il permet de rendre visible la réalité aux décideurs. De façon un peu provocante, ils proposent ainsi de renommer la voie dorée et de l’appeler dorénavant « Corporate Open Access ».3 On l’a bien compris : le but d’un tel article n’est pas théorique mais avant tout politique : encourager la voie diamantée et non la voie dorée, à l’origine de pratiques prédatrices et de la reproduction de la situation existante.

Dans leurs esprits, les politiques publiques devraient soutenir financièrement et politiquement cette nouvelle voie, entre autres en engageant des éditeurs, en mettant en place des mandats et en arrêtant d’aller dans le sens de l’édition conventionnelle privée ! Les syndicats d’éditeurs répondront potentiellement que cela conduira à une nouvelle rationalisation économique au détriment de leurs emplois, ce que les auteurs réfutent en rappelant que de facto leurs postes sont déjà pris en charge par les deniers publics puisque les institutions universitaires et de recherche – largement publiques – sont leurs principales clientes. Autant donc se passer de l’intermédiaire que constitue la société éditrice ou pour reprendre l’expression anglaise « to cut the middle man », d’autant plus qu’un emploi dans le public se ferait vraisemblablement à de meilleures conditions que dans le privée, si l’on en croit le raisonnement des deux auteurs.

En conclusion, l’intérêt de cette réflexion est double : il clarifie le débat et intègre pleinement la dimension socio-économique en s’efforçant d’aller dans le sens de l’intérêt général (refaire des résultats de la recherche un bien commun) et de l’intérêt sectoriel (améliorer les conditions de travail des éditeurs salariés). Dans le contexte actuel, à la fois économique et intellectuel, une telle solution semble toutefois lointaine même si Jérôme Valluy, dans un débat sur la liste [accesouvert] avait avancé l’idée d’une conversion de certains emplois de la filière bibliothèque vers l’édition. Ce que certaines bibliothèques ont déjà commencé à faire en reprenant la charge de leurs presses universitaires…

  1. Le titre complet est « The Diamond Model of Open Access Publishing: Why Policy Makers, Scholars, Universities, Libraries, Labour Unions and the Publishing World Need to Take Non-Commercial, Non-Profit Open Access Serious » . L’article publié dans la revue en libre accès Triple C : Communication, Capitalism & Critique en 2013. []
  2. Ils se caractérisent entre autres par le peu d’informations éditoriales offertes, un fonctionnement reposant sur le modèle auteur-payeur et la pratique du spam pour les appels à contribution. []
  3. « In the Corporate Open Access Model, companies, organizations or networks publish material online in a digital version, do so free of charge for the readers, but derive monetary profits with strategies such as charging authors or selling advertising space. » []

Premiers pas dans le monde du libre accès

Suite de notre série d’articles sur le livre de Peter Suber Open Access. Aujourd’hui, quels sont les conseils que peut donner un bibliothécaire à un chercheur souhaitant publier en libre accès ?

Librement adapté au contexte français à partir du dernier chapitre intitulé « Self-Help ».

Publier dans une revue en libre accès (voie dorée)

L’un des premiers réflexes de l’auteur désirant publier directement dans une revue en libre accès est de s’assurer qu’il en existe une dans son domaine et une qui lui convient : pour cela, le DOAJ est le premier point d’entrée. Attention, il est mis à jour en permanence et de nouvelles revues y entrent régulièrement.

Si une revue en libre accès existe dans votre domaine mais ne jouit pas encore du même prestige qu’une revue plus installée contribuer à celle en libre accès lui permettra de combler son déficit de légitimité.

Si la revue demande à l’auteur de payer, il peut solliciter une aide de son institution. De nombreuses exemptions de frais de publication existent par ailleurs. Toutefois, attention aux éditeurs prédateurs qui ont fleuri et surfent sur la vague du libre accès. Une liste de ce type d’éditeurs est disponible ici et régulièrement mise à jour.

Enfin, en cas de doute sur la qualité de la revue, le plus simple est, comme pour une revue conventionnelle, de jeter un coup d’œil à son comité de rédaction et/ou de vérifier si l’éditeur appartient à l’OASPA : Open Access Scholarly Publishers Association.

Déposer sur une archive ouverte (voie verte)

Pour le dépôt en archive ouverte, les possibilités sont normalement plus étendues que pour la publication dans une revue en libre accès.

Un premier jet d’article peut être déposé sur une archive ouverte avant même d’être proposé à un éditeur : c’est d’ailleurs le plus simple en termes de droit puisqu’ils n’ont pas encore été cédés à un tiers. Il faut cependant veiller à ce que les revues que l’on vise acceptent que le texte ait circulé sur internet auparavant.

Une fois publié dans une revue, l’auteur pourra regarder son contrat ou consulter la base SHERPA qui centralise les politiques des éditeurs dans ce domaine.

Si la recherche est infructueuse, demander à son éditeur ne coûte rien et dans la plupart des cas, ce dernier consent au dépôt. En cas de refus, la démarche n’aura pas été complètement inutile car elle lui permet de voir l’intérêt de ses auteurs à déposer et le conduira peut-être à infléchir sa politique dans le futur. Dans la grande majorité des cas, le dépôt est désormais autorisé.

Reste alors à trouver une archive : l’université peut en proposer une, en propre ou rattachée à HAL ; il existe aussi des archives disciplinaires (ArXiv pour la physique, HAL-SHS pour les sciences humaines et sociales) et d’autres « universelles ».

Et les articles ne sont pas les seuls documents que l’on puisse déposer : les données de la recherche, les mémoires (sur DUMAS par exemple) et les thèses (sur TEL) sont susceptibles d’être l’objet d’un dépôt.

Enfin, le libre accès ne concerne pas que les publications présentes et à venir : il est possible de faire un travail rétrospectif, en demandant à son éditeurs s’il dispose des droits et en se faisant aider au besoin par un bibliothécaire. A ce sujet, l’expérience de dépôt rétrospectif de Melissa Terras est particulièrement instructive et démontre l’intérêt des archives ouvertes pour booster l’impact d’articles, même un peu anciens…

Onze malentendus sur le libre accès

Dans son livre Open Access, Peter Suber revient dès l’introduction sur ce que le libre accès n’est pas. Onze malentendus à dissiper et qui reviennent régulièrement lors de conversations portant sur le sujet.

Petit passage en revue librement inspiré du chapitre introductif :

  1. Le libre accès n’est en aucun cas une façon de contourner l’évaluation par les pairs. Au contraire, il permet globalement un renforcement de cette dernière puisqu’un auteur peut diffuser un premier jet d’article avant soumission à une revue. Il bénéficie des critiques de ses collègues avant même un futur retour d’évaluation.
  2. Le libre accès ne vise pas à abolir le droit d’auteur. La décision des modalités de diffusion et de cession des droits reste entièrement entre les mains de l’auteur alors qu’avec des éditeurs conventionnels, la chose est moins certaine.
  3. Le libre accès ne cherche pas à rendre tout gratuit et n’ignore pas la rétribution des auteurs. Ces derniers sont par ailleurs très peu rémunérés par les éditeurs et les modèles économiques soutenant le libre accès prouvent qu’il peut être viable financièrement.
  4. Le libre accès ne dénie pas le coût de publication d’un article. Il ne constitue pas une tentative d’auto-publication mais prend au contraire très au sérieux la question des coûts pour les conduire à un prix réaliste comme cet article sur les revues en SHS le souligne bien.
  5. Le libre accès ne cherche pas à réduire les droits des auteurs sur leur travail. La plupart des mandats institutionnels fonctionnent sur le principe du « nudge » : le libre accès est assorti d’incitations plus d’obligations. De plus, les mandats de dépôt et publication sont bien souvent adoptés à l’unanimité des votes par les enseignants-chercheurs.
  6. Le libre accès ne vise pas à réduire la liberté des universitaires. Ils ont toujours le choix de publier dans les revues qu’ils souhaitent, les mandats autorisent des exceptions et ne limitent jamais leur libre arbitre.
  7. Le libre accès n’encourage pas le plagiat. Rendre un premier jet d’article disponible sur une archive ouverte ne conduira pas automatiquement à son copier-coller. Au contraire, le dépôt permet à l’auteur de prendre date avec un champ de recherche et de permettre la détection automatique du plagiat plus facilement que des articles protégés par une barrière payante.
  8. Le libre accès ne cherche pas la destruction de l’édition conventionnelle payante. Aucune étude n’a prouvé à ce jour que les dépôts en archives ouvertes ou que les revues en libre accès ne conduisent à des désabonnements massifs. Des prix irréalistes et non soutenables de la part des éditeurs conventionnels sont malheureusement plus à même d’entraîner cet effet.
  9. Le libre accès n’est pas une forme de boycott. Il vise avant tout à apporter des réponses pragmatiques aux besoins de diffusion des résultats de la recherche.
  10. Le libre accès n’a pas pour objectif principal de diffuser les résultats de la recherche au grand public. Tant mieux si c’est le cas, toutefois il se destine surtout à ceux qui ont besoin d’accéder à ces travaux. Dans leur écrasante majorité, il s’agit d’autres chercheurs.
  11. Le libre accès ne veut pas dire accès universel. Il reste toujours des barrières, même si elles ne sont plus financières : les filtres imposés et la censure pratiquée par certains gouvernements, la langue d’écriture, l’accessibilité pour les personnes souffrant d’un handicap et les problèmes de connexions (mauvais débit) ou leur absence…

Le petit livre orange du libre accès

Cette recension est publiée en parallèle sur le site Lectures. Sur Le comptoir de l’accès ouvert, deux autres billets suivront au sujet du livre de Peter Suber.

Peter Suber, Open Access, coll. “Essential Knowledge”, MIT Press, 2012, 230 p., $13,95.

Professeur de philosophie, Peter Suber est aujourd’hui directeur du Harvard Office for Scholarly Communication. Ses écrits, activités et engagements font de lui l’un des spécialistes les plus respectés et écoutés sur la question du libre accès. Dans son dernier livre, Open Access, publié aux presses du MIT dans la collection « Essential Knowledge », il propose une introduction raisonnée au libre accès dans un langage clair, alliant la pédagogie au pragmatisme. Sorti en 2012, le livre est disponible gratuitement pour le téléchargement sous licence Creative Commons depuis le 15 juin 2013. Il devrait être prochainement traduit en français.

Pour Peter Suber, nous devrions ériger en priorité le passage d’un monde dominé par l’édition conventionnelle payante à un monde où la publication en libre accès serait la norme. Pour parvenir à ce résultat, les principaux obstacles ne sont ni techniques, ni légaux, ni économiques, mais culturels : comme le manque de prestige des nouvelles revues ou les craintes liées au dépôt sur archives perçu comme un contournement de l’évaluation scientifique. Partant du principe que les oppositions au libre accès dans le domaine de la publication scientifique sont causées par des malentendus, Suber s’efforce de les démonter un par un en considérant sérieusement les arguments défavorables.

Dans cette lutte, le libre accès est aidé par le fait que les auteurs des revues scientifiques n’écrivent pas pour de l’argent et souhaitent avant tout recueillir un impact maximum, qui repose sur la diffusion la plus large possible de leurs travaux. Comme le résume bien Peter Suber : “Nous aurions moins de savoir, moins de liberté académique et moins de libre accès si les chercheurs travaillaient pour de l’argent et faisaient de leurs articles universitaires des biens de consommations plutôt que des dons.”1

Dans la pratique, le libre accès permet de faire tomber ou d’abaisser trois types de barrières : financières, juridiques (en lien avec la propriété intellectuelle) et celles concernant la réutilisation des données. Tout cela, sans saper ou éliminer la notion d’autorité, que l’on annonce régulièrement comme menacée par internet et les pratiques – entre autres collaboratives – que les nouvelles technologies de l’information et de la communication entraînent dans leur sillage. Inutile de compter sur l’altruisme des chercheurs pour obtenir ce passage au libre accès selon Suber : jouer sur leur intérêt bien compris suffit amplement puisqu’une meilleure diffusion de leurs travaux augmenterait (presque) mécaniquement leur impact2 et donc leurs chances de promotion. Peter Suber reprend ainsi à son compte la formule de Stevan Harnad pour qui un article universitaire est une publicité pour les travaux de son auteur. En suivant ce raisonnement, pourquoi continuer à payer pour quelque chose que l’on ne financerait pas en tant que consommateur ?

Tout au long des dix chapitres qui composent ce court essai très accessible, Peter Suber définit clairement la notion de libre accès, ce qu’elle ne recouvre pas et les raisons qui devraient nous encourager à la mettre en œuvre : prolifération et diffusion de la connaissance, insoutenabilité économique de l’édition académique, etc. Parmi les passages les plus éclairants, on lira avec profit son état des lieux des différentes formes de libre accès (voie verte, voie dorée et au sein de cette dernière la distinction entre gratuité ou paiement des frais de soumission),3 qui peuvent être à l’origine de confusions. En effet, de nombreux chercheurs réduisent le libre accès à la voie dorée et au modèle auteur-payeur,4 alors qu’il s’agit dans les faits d’une solution minoritaire et bien souvent biaisée par les éditeurs conventionnels. L’auteur met au contraire en avant la complémentarité des voies vertes et dorées : s’il n’existe pas de bonne revue en libre accès dans un domaine, le dépôt est désormais autorisé par la grande majorité des éditeurs, encouragé en cela par les politiques des universités (les mandats) et des bailleurs de fond de la recherche comme le Wellcome Trust ou le National Institute of Health aux Etats-Unis.

Avec cet ouvrage de synthèse complet, l’auteur ne néglige aucun aspect de la question. Le libre accès ne se réduit pas aux articles de revues scientifiques, mais touche(ra) les mémoires, les thèses, les données et de plus en plus les livres. Les questions de droits d’auteur sont bien sûr abordées, bien que brièvement, alors que les aspects économiques (combien ça coûte ? est-ce rentable ?) et les répercussions probables du développement du libre accès sur l’écosystème éditorial ne sont pas ignorées.

L’ouvrage se termine sur deux chapitres éclairants : le premier consacré à l’avenir du libre accès, victime de son succès et de sa continuelle redécouverte par de nouveaux convertis qui tendent à répéter les malentendus des débuts du mouvement ; le second, dans une perspective très américaine, intitulé “Self-Help”, prodigue tout simplement quelques conseils pour les chercheurs désormais convaincus et désireux de mettre en pratique la philosophie du libre accès. Un glossaire et un webographie clôturent le livre. En bref, vivement la traduction !

  1. We’d have less knowledge, less academic freedom, and less OA if researchers worked for royalties and made their research articles into commodities rather than gifts.” (p. 14) []
  2. Sauf si leurs travaux sont mauvais bien-sûr, quoiqu’un mauvais article, mais pionnier dans un domaine ou très polémique, sera vraisemblablement cité pour être réfuté… []
  3. La voie verte correspond au dépôt de pre-prints sur des archives ouvertes alors que la voie dorée implique la publication directe dans une revue en libre accès après évaluation par les pairs, c’est-à-dire proposant le texte intégral gratuitement mais pas nécessairement dans tous les formats. []
  4. Dans le modèle auteur-payeur, l’auteur (ou son institution) prend en charge les frais de publication de son article afin d’en permettre sa diffusion gratuite par la revue. []

Les bibliothèques américaines de plus en plus impliquées dans l’édition de revues

Journal entry par JoelMontes (CC-BY-SA)
Journal entry par JoelMontes (CC-BY-SA)
« Ces dernières années, un nombre croissant de bibliothèques universitaires ont été impliquées dans la publication de revues, comme une nouvelle direction pour supporter et soutenir l’accès ouvert à la communication scientifique. L’Association of Research Libraries (association américaine des bibliothèques de recherche) a publié un rapport qui a examiné quatre-vingts bibliothèques de recherche aux États-Unis. Elle a constaté qu’environ 65% de ces bibliothèques avaient déjà fourni des services de publication ou étaient à l’étape de planifier de tels services. »

Une des conclusions de cet article est que les découvertes sur le rôle majeur des revues en open access aideront à convaincre les universitaires à faire plus de contributions aux revues en OA et d’encourager aussi les bibliothécaires et les professionnels de l’information à faire des efforts continus pour les publication où des bibliothèques sont impliquées.

Positioning Open Access Journals in a LIS Journal Ranking. Jingfeng Xia. College & Research Libraries, March 2012, vol. 73, no. 2, p.134-145