Le DOAJ à St Etienne

Aujourd’hui, peu d’organismes français soutiennent financièrement le Directory of Open Access Journal (DOAJ) : seulement 3 organismes sont mentionnés dans la liste des bibliothèques membres ! Parmi ceux-ci, l’université Jean Monnet de Saint-Etienne fait figure de pionnière, puisqu’elle est adhérente depuis 2010. Dominique Rouger et Caroline Bruley, bibliothécaires du SCD, ont bien voulu répondre à nos questions à propos de ce soutien :

– Vous participez financièrement depuis plusieurs années au fonctionnement du DOAJ, qu’est-ce qui a motivé cet engagement au départ ?
L’adhésion au DOAJ est une réelle volonté politique de la part de la direction du SCD, qui souhaite que l’OA fasse partie du paysage documentaire de notre université. Cette adhésion est un moyen de montrer aux chercheurs avec lesquels nous évoquons l’accès ouvert que oui, la BU prend matériellement partie en faveur de l’OA. C’est aussi une façon de rendre justice au travail du DOAJ : quelques centaines d’euros pour une base de plusieurs milliers de titres en accès ouvert, ce n’est pas très cher payé :  il y a du travail, beaucoup de travail, derrière le maintien d’une telle base de connaissances.

Accès aux services depuis les notices des revues
Accès aux services depuis les notices des revues

– Qui porte cette initiative au sein de votre université : le SCD ? la direction de la recherche ?
C’est le SCD uniquement.

– Quel(s) avantage(s) retirez-vous de ce partenariat ?
Pas d’autre avantage que celui d’être cohérents avec les principes que nous défendons.

– Le DOAJ est-il un outil pour vous ? Comment l’utilisez-vous ?
Le DOAJ est une précieuse source d’information. Nous l’utilisons pour alimenter notre propre base de revues en ligne.

– Quelles actions de promotion avez-vous mises en place pour le DOAJ ? Pour les ressources en OA en général ?
Le DOAJ, ainsi que d’autres sources de revues en OA, sont intégrés dans notre base de revues numériques. Nous référençons désormais plus de titres en OA (9200) que de titres payants (6800) !

Encarts d'actualités disponible dès la page d'accueil des revues
Encarts d’actualités disponible dès la page d’accueil des revues

Sinon, pour toutes les revues, nous proposons un lien vers Sherpa/Romeo pour les politiques d’accès des éditeurs, ainsi que vers d’autres services : Eigen factor, SNIP et Scimago pour les indicateurs bibliométriques, JournalTOCs pour les sommaires au format RSS. Nous affichons également des actualités sur la page d’accueil dédiée aux revues numériques, qui ne traitent pas que de l’open access, mais dont nous espérons qu’elles contribuent à diffuser l’information.

– Le soutien au DOAJ a-t-il été pour vous un moyen de sensibiliser les chercheurs de l’université aux enjeux de l’OA ?
Oui, puisque nous faisons en sorte qu’en cherchant des revues dans notre base ils puissent aussi voir des revues en libre accès.
De la même façon que nous leur « offrons » le lien vers Sherpa pour les autres revues ! : -)
Nous essayons de faire avancer la réflexion lors de discussions informelles avec des chercheurs qui, bien qu’elles buttent toujours sur les mêmes problèmes, à savoir le manque de
reconnaissance des revues dans le domaine disciplinaire, et les coûts (sic!), arrivent parfois à faire leur chemin. De fait, on commence à en parler lors des conseils de la documentation, ça interpelle petit à petit les enseignants-chercheurs.

– Vos chercheurs ont-ils modifié leur comportement vis-à-vis de la publication scientifique, publient-ils plus dans des revues en accès ouvert ?
Nous ne pensons pas que l’on puisse dire qu’il y a eu conversion en masse, loin s’en faut. On ne peut parler que de sensibilisation, de préparation du terrain … pour une échéance indéterminée !
Et restons très modestes : sensibilisation de quelques uns seulement ! Certains ont peut-être pu être sensibilisés, voire plus, sans que nous soyons au courant … on peut en tout cas l’espérer !
Il n’y a pas eu de campagne institutionnelle du SCD au niveau de l’université. Il n’y a pas de recensement d’avant et d’après. Ce ne sont que des impressions personnelles.

– A votre connaissance, des revues de votre université sont-elles passées à l’OA ?
A notre connaissance il n’y a pas de revue publiée par notre université. Les publications de l’université de Saint Etienne ne traitent que des monographies, essentiellement en SHS.

– Quelles autres projets avez-vous en matière d’accès ouvert à St Etienne ?
Nous avons adhéré à SPARC Europe, mais le maintien de l’adhésion est plus incertain que celle du DOAJ, pour cause de finances en berne.

Pour mémoire, le DOAJ aujourd’hui, c’est un accès à plus de 9000 revues provenant de 119 pays et une possibilité de recherche au niveau de l’article pour plus de la moitié de ces revues…
Une adhésion au DOAJ pour une bibliothèque universitaire en 2013, c’est 400 euros – alors, pourquoi s’en passer ?

Dune, une archive de travaux étudiants en accès ouvert à Angers

L’université d’Angers a lancé début 2013 DUNE (Dépôt Universitaire Numérique des Etudiants), une plateforme de diffusion des mémoires et travaux étudiants en accès ouvert : nous avons interrogé Stéphanie Bouvier et Daniel Bourrion, bibliothécaires au Service commun de la documentation (SCD), sur la genèse du projet, sur ses aspects techniques et humains, et sur la promotion de l’Open access au sein de la communauté scientifique angevine.

– Qui est à l’initiative du projet au sein de votre établissement : le SCD ? La direction des études ?
Le SCD est à l’initiative et porte le projet.

– Quelles actions de promotion avez-vous mis en place pour Dune au niveau de l’université ?
Avant le projet DUNE, il était question de mettre fin au flux des mémoires papier et d’utiliser DUMAS [la base de travaux étudiants hébergée par le CCSD sur HaL] comme plateforme de dépôt. À cette époque, la chargée de mission, Julie Labbé, avait entrepris d’expliquer cette démarche aux différentes UFR, lors des conseils de gestion. Nous avons pris la décision de monter DUNE au printemps dernier, et, depuis, nous rencontrons les personnels administratifs et techniques des scolarités ainsi que les enseignants pour présenter l’outil et expliquer le workflow. L’été dernier, nous avons également communiqué des documents de présentation aux responsables administratifs pour inclusion dans les dossiers d’accueil des étudiants de master.
flyer DuneTout récemment une campagne de communication a été amorcée, déclinée sur le site de l’Universitéle site de la BU, l’Environnement Numérique de Travail, les écrans de télé situés dans les halls des facultés, ainsi que sur un flyer. Le service communication nous a également proposé de réfléchir au support « tongs »…

 – Plus généralement, comment promouvez-vous les ressources en OA ?
L’année dernière, à l’occasion de l’Open Access week, nous avons réalisé, en collaboration avec le service communication de l’Université, un numéro spécial de l’UA Mag, un hors-série de quatre pages adressé à tous les enseignants chercheurs et doctorants. Et, bien entendu, avec le projet d’archive ouverte institutionnelle pour la production de recherche, et les rencontres avec les laboratoires qui s’en suivent, nous avons ces temps-ci de multiples occasions de parler Open access avec les chercheurs. Ce projet a d’ailleurs permis d’introduire la question de l’Open access (et celle de la crise de l’édition scientifique) dans les conseils scientifique et d’administration de l’Université.

– Avec quel(s) outil(s) logiciel(s) Dune fonctionne-t-il ? Le développement a-t-il été géré en interne ou bien externalisé ? Quelles sont les raisons du choix d’une plateforme locale plutôt qu’un système mutualisé (type DUMAS) ?
DUNE fonctionne avec le CMS Drupal, augmenté de plusieurs modules dont Bibliography, brique centrale de l’archive. Le développement a été  complètement géré en interne, par le SCD (service de la bibliothèque numérique) et la Direction du Développement Numérique (DDN), qui a principalement permis qu’un informaticien travaille sur le formulaire de dépôt (simplification et récupération automatique des données Apogée).
L’intérêt d’une plateforme locale est que nous pouvons mieux gérer la diffusion des documents, et, si nécessaire, les proposer en accès restreint. Certaines UFR étaient demandeuses d’un outil de diffusion des mémoires en intranet depuis plusieurs années. DUMAS ne permettant qu’une diffusion internet, nous n’aurions pas pu répondre à l’ensemble des besoins exprimés, et tôt ou tard nous aurions fini par adopter deux circuits différents, ce qui n’était évidemment pas souhaitable.

–  Combien de ressources humaines ont été nécessaires à la mise en place du service ? Et maintenant que le système est en production ?
Les choses se sont faites très vite, puisque nous avons opté pour une archive locale plutôt que DUMAS en mai dernier, et sommes passés en production au début du mois de novembre 2012. Certaines fonctionnalités ne sont pas encore implémentées, et nous sommes encore en version bêta. Concrètement, à partir du printemps dernier, les personnes ayant travaillé sur DUNE sont :
* côté technique : au SCD, nous deux (pour l’ensemble du déploiement technique) + Céline Chauveau (responsable du catalogue) pour l’interfaçage avec Aleph ; à la DDN, principalement Baptiste Judic, développeur.
* côté fonctionnel : Stéphanie Bouvier coordonne le travail, cette tâche devant être progressivement reprise par Nolwenn Gouret ; les personnes qui cataloguaient les mémoires et thèses d’exercice papier vont désormais travailler sur DUNE.
A cela il faut ajouter les présentations aux facultés, auxquelles ont contribué plusieurs personnes de l’équipe de direction.

– Quelles sont les conditions d’utilisation des documents déposés dans Dune ? Avez-vous eu l’opportunité de sensibiliser les étudiants à l’OA et aux licences type Creative Commons ?
Dans les feuilles de style réalisées pour faciliter le travail de rédaction des étudiants, nous avons inclus par défaut une licence Creative Commons (BY-NC-ND 2.0), et nous expliquons aux étudiants son utilité, lors de formations dans les cursus et dans l’un des screencasts réalisés par le SCD. Les étudiants sont bien entendu libres de modifier cette licence ou de l’enlever.

 – Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées dans le projet ?
La plus importante difficulté est la multitude d’interlocuteurs, certains étant plus réactifs que d’autres : dans ce projet nous devons travailler avec toutes les composantes, et dans chaque faculté, instaurer un dialogue avec les responsables administratifs, les scolarités, les responsables de diplômes… Le travail n’est d’ailleurs pas terminé, il faudra probablement deux années pour que le circuit soit en place sur toute l’université. Nous travaillons aussi avec les services centraux, communication et DDN.

– Quels sont les arguments qui vous ont permis de convaincre ?
Pour ce qui est de la mise en ligne, les arguments sont ceux de la valorisation, de la lutte anti-plagiat, de la facilité d’accès, de l’amélioration de la qualité des travaux étudiants, etc.

– Quelles sont les évolutions prévues ?
Ce sont surtout des évolutions de back office (stockage des fichiers, notamment).

–  L’université a annoncé la mise en place d’une archive ouverte institutionnelle avec obligation de dépôt : pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’organisation de la gouvernance de ce nouveau projet ?
Le projet d’archive recherche est également porté par le SCD, le chef de projet devant rendre compte au comité de direction de l’Université. L’équipe projet comprendra le développeur, nous-mêmes et un bibliothécaire contractuel les premiers mois, pour aider les laboratoires sur la reprise du rétrospectif. Une personne de la direction de la recherche sera également associée.
Le travail avec la DDN commencera début juin. Dans un premier temps nous allons intégrer les huit laboratoires pilotes. Nous visons un passage en production au premier semestre 2014 (la difficulté principale étant pour nous le développement d’un connecteur HAL). Puis l’ensemble des laboratoires sera formé au dépôt, jusque début 2015.
Là aussi le travail va associer de nombreux acteurs de tous les services et composantes de l’Université, des chercheurs, bien entendu, à la direction recherche et à la DDN ; nous commençons à communiquer sur le blog de suivi du projet.

Le site des BU de l’université d’Angers : http://bu.univ-angers.fr/
Le site de DUNE : http://dune.univ-angers.fr/