Premiers pas dans le monde du libre accès

Suite de notre série d’articles sur le livre de Peter Suber Open Access. Aujourd’hui, quels sont les conseils que peut donner un bibliothécaire à un chercheur souhaitant publier en libre accès ?

Librement adapté au contexte français à partir du dernier chapitre intitulé « Self-Help ».

Publier dans une revue en libre accès (voie dorée)

L’un des premiers réflexes de l’auteur désirant publier directement dans une revue en libre accès est de s’assurer qu’il en existe une dans son domaine et une qui lui convient : pour cela, le DOAJ est le premier point d’entrée. Attention, il est mis à jour en permanence et de nouvelles revues y entrent régulièrement.

Si une revue en libre accès existe dans votre domaine mais ne jouit pas encore du même prestige qu’une revue plus installée contribuer à celle en libre accès lui permettra de combler son déficit de légitimité.

Si la revue demande à l’auteur de payer, il peut solliciter une aide de son institution. De nombreuses exemptions de frais de publication existent par ailleurs. Toutefois, attention aux éditeurs prédateurs qui ont fleuri et surfent sur la vague du libre accès. Une liste de ce type d’éditeurs est disponible ici et régulièrement mise à jour.

Enfin, en cas de doute sur la qualité de la revue, le plus simple est, comme pour une revue conventionnelle, de jeter un coup d’œil à son comité de rédaction et/ou de vérifier si l’éditeur appartient à l’OASPA : Open Access Scholarly Publishers Association.

Déposer sur une archive ouverte (voie verte)

Pour le dépôt en archive ouverte, les possibilités sont normalement plus étendues que pour la publication dans une revue en libre accès.

Un premier jet d’article peut être déposé sur une archive ouverte avant même d’être proposé à un éditeur : c’est d’ailleurs le plus simple en termes de droit puisqu’ils n’ont pas encore été cédés à un tiers. Il faut cependant veiller à ce que les revues que l’on vise acceptent que le texte ait circulé sur internet auparavant.

Une fois publié dans une revue, l’auteur pourra regarder son contrat ou consulter la base SHERPA qui centralise les politiques des éditeurs dans ce domaine.

Si la recherche est infructueuse, demander à son éditeur ne coûte rien et dans la plupart des cas, ce dernier consent au dépôt. En cas de refus, la démarche n’aura pas été complètement inutile car elle lui permet de voir l’intérêt de ses auteurs à déposer et le conduira peut-être à infléchir sa politique dans le futur. Dans la grande majorité des cas, le dépôt est désormais autorisé.

Reste alors à trouver une archive : l’université peut en proposer une, en propre ou rattachée à HAL ; il existe aussi des archives disciplinaires (ArXiv pour la physique, HAL-SHS pour les sciences humaines et sociales) et d’autres « universelles ».

Et les articles ne sont pas les seuls documents que l’on puisse déposer : les données de la recherche, les mémoires (sur DUMAS par exemple) et les thèses (sur TEL) sont susceptibles d’être l’objet d’un dépôt.

Enfin, le libre accès ne concerne pas que les publications présentes et à venir : il est possible de faire un travail rétrospectif, en demandant à son éditeurs s’il dispose des droits et en se faisant aider au besoin par un bibliothécaire. A ce sujet, l’expérience de dépôt rétrospectif de Melissa Terras est particulièrement instructive et démontre l’intérêt des archives ouvertes pour booster l’impact d’articles, même un peu anciens…


Publié par

Benjamin Caraco

Benjamin Caraco est conservateur des bibliothèques à l’Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, responsable du pôle de la politique documentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *