Onze malentendus sur le libre accès

Dans son livre Open Access, Peter Suber revient dès l’introduction sur ce que le libre accès n’est pas. Onze malentendus à dissiper et qui reviennent régulièrement lors de conversations portant sur le sujet.

Petit passage en revue librement inspiré du chapitre introductif :

  1. Le libre accès n’est en aucun cas une façon de contourner l’évaluation par les pairs. Au contraire, il permet globalement un renforcement de cette dernière puisqu’un auteur peut diffuser un premier jet d’article avant soumission à une revue. Il bénéficie des critiques de ses collègues avant même un futur retour d’évaluation.
  2. Le libre accès ne vise pas à abolir le droit d’auteur. La décision des modalités de diffusion et de cession des droits reste entièrement entre les mains de l’auteur alors qu’avec des éditeurs conventionnels, la chose est moins certaine.
  3. Le libre accès ne cherche pas à rendre tout gratuit et n’ignore pas la rétribution des auteurs. Ces derniers sont par ailleurs très peu rémunérés par les éditeurs et les modèles économiques soutenant le libre accès prouvent qu’il peut être viable financièrement.
  4. Le libre accès ne dénie pas le coût de publication d’un article. Il ne constitue pas une tentative d’auto-publication mais prend au contraire très au sérieux la question des coûts pour les conduire à un prix réaliste comme cet article sur les revues en SHS le souligne bien.
  5. Le libre accès ne cherche pas à réduire les droits des auteurs sur leur travail. La plupart des mandats institutionnels fonctionnent sur le principe du « nudge » : le libre accès est assorti d’incitations plus d’obligations. De plus, les mandats de dépôt et publication sont bien souvent adoptés à l’unanimité des votes par les enseignants-chercheurs.
  6. Le libre accès ne vise pas à réduire la liberté des universitaires. Ils ont toujours le choix de publier dans les revues qu’ils souhaitent, les mandats autorisent des exceptions et ne limitent jamais leur libre arbitre.
  7. Le libre accès n’encourage pas le plagiat. Rendre un premier jet d’article disponible sur une archive ouverte ne conduira pas automatiquement à son copier-coller. Au contraire, le dépôt permet à l’auteur de prendre date avec un champ de recherche et de permettre la détection automatique du plagiat plus facilement que des articles protégés par une barrière payante.
  8. Le libre accès ne cherche pas la destruction de l’édition conventionnelle payante. Aucune étude n’a prouvé à ce jour que les dépôts en archives ouvertes ou que les revues en libre accès ne conduisent à des désabonnements massifs. Des prix irréalistes et non soutenables de la part des éditeurs conventionnels sont malheureusement plus à même d’entraîner cet effet.
  9. Le libre accès n’est pas une forme de boycott. Il vise avant tout à apporter des réponses pragmatiques aux besoins de diffusion des résultats de la recherche.
  10. Le libre accès n’a pas pour objectif principal de diffuser les résultats de la recherche au grand public. Tant mieux si c’est le cas, toutefois il se destine surtout à ceux qui ont besoin d’accéder à ces travaux. Dans leur écrasante majorité, il s’agit d’autres chercheurs.
  11. Le libre accès ne veut pas dire accès universel. Il reste toujours des barrières, même si elles ne sont plus financières : les filtres imposés et la censure pratiquée par certains gouvernements, la langue d’écriture, l’accessibilité pour les personnes souffrant d’un handicap et les problèmes de connexions (mauvais débit) ou leur absence…

Publié par

Benjamin Caraco

Benjamin Caraco est conservateur des bibliothèques à l’Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, responsable du pôle de la politique documentaire.

3 thoughts on “Onze malentendus sur le libre accès”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *