Financement de l’accès ouvert : de nouveaux « fonds » pour les bibliothèques

Why not by Pete Reed (CC-BY-NC)
Why not by Pete Reed (CC-BY-NC)

Le modèle « Gold » de publication des résultats de recherche en accès ouvert, peut être financé de 2 manières :
– par le subventionnement d’une infrastructure de publication, qui prend en charge le coût global d’édition d’une ou plusieurs revues
– par le paiement de frais de publication (Article Processing Charges, APC) par article pour les chercheurs
Depuis quelques années, les universités ont donc commencé à mettre en place des fonds spécifiques pour le financement de l’accès ouvert par la voie Gold : une page de l’Open Access Directory est consacrée à ces fonds (OA journals funds). Une rapide analyse des 55 établissements listés sur la page nous donne quelques indications intéressantes :
– dans 81% des cas, c’est la bibliothèque qui est en charge de la gestion de ces fonds – ou y est fortement associée.
– plus des 2/3 des fonds excluent formellement le financement d’articles publiés dans des revues hybrides (ces revues sur abonnement qui proposent la libération d’articles individuels). Lorsque les revues hybrides sont acceptées, elles sont généralement soumises à condition (le financement est plafonné à la moitié du financement accordé aux articles publiés dans des revues en accès ouvert intégral, par exemple).
– en dehors de quelques établissements précurseurs, la plupart des fonds ont été mis en place à partir de 2008-2009, et le mouvement s’accélère depuis 2011.
– 24% des fonds sont affiliés ou conformes à Compact for Open Access Publishing Equity (COPE), une convention par laquelle les établissements signataires s’engagent à soutenir le financement de la publication en accès ouvert des contributions de leurs chercheurs. Ce soutien se matérialise par la mise en place de dispositifs pérennes pour le paiement  de frais de publication « raisonnables » auprès des revues qui en exigent.
– Plus de la moitié des fonds listés sont des initiatives d’Amérique de Nord (USA et Canada). Parmi les initiatives européennes, c’est en Allemagne que la pratique est la plus développée.
– Dans presque 90% des cas, une archive institutionnelle ouverte est disponible dans les établissements. Et dans plusieurs cas, l’obtention du financement est assortie d’une obligation de dépôt des articles dans l’archive.
– Pour 60% des établissements étudiés, on a des indications sur le montant financé par article : il s’établit à 2134 euros en moyenne, avec des limitations par personne ou par projet.
Les récentes prises de position des gouvernements anglais et américain encouragent la création de ces fonds de financement, qui devraient logiquement se multiplier dans les années qui viennent : une nouvelle compétence pour les bibliothèques ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *